La culture Polonaise

Son folklore est très présent dans le cœur des polonais et est pratiqué assidûment par un grand nombre de personnes de tous âges et de toutes classes sociales.

subtitle

En ce qui concerne le théâtre, a partir du xviiie siècle une importante production dramaturgique a donné ses lettres de noblesse au théâtre polonais, qui continue à s’enrichir aujourd’hui des apports d’une création toujours très active.
La musique est très importante en Pologne. Les premières compositions polonaises remontent au xiiie siècle, il s’agit alors essentiellement de musique sacrée (avec notamment l’hymne religieux Bogurodzica). Au xixe siècle, la musique polonaise acquiert une renommée internationale grâce à Frédéric Chopin, puis viendront Szymanowski, Penderecki, Lutoslawski et Henryk Górecki au xxe siècle. La musique pop s’est développée en Pologne sous l’influence des scènes occidentales malgré le régime communiste . Après 1989, l’activité musicale polonaise n’a cessé de prendre de l’importance avec l’émergence de nombreux festivals et de groupes de tous styles, notamment de rock et de hip hop.
Son folklore est très présent dans le cœur des polonais et est pratiqué assidûment par un grand nombre de personnes de tous âges et de toutes classes sociales. Ceci est en partie dû à la volonté et au travail exceptionnel d’Oskar Kolberg, qui a parcouru la Pologne au xixe siècle afin de répertorier le maximum de mélodies, de poèmes et de danses, région par région ; ce travail de recherche a donné lieu à son chef-d’œuvre de plus de 50 tomes : LUD (le peuple). Ainsi, de nombreux groupes se sont créés et revendiquent encore aujourd’hui leurs régions d’origine. Notons néanmoins qu’il existe 5 danses nationales, popularisées pour la plupart par Chopin : le krakowiak (danse de Cracovie), l’oberek, la polonaise, le mazur et le kujawiak.L’exemple le plus frappant de cette préservation des traditions folkloriques reste la région de Podhale près de Zakopane. Cette région montagneuse conserve ses traditions dans la vie quotidienne et dans ses coûtumes mais surtout continue à faire vivre sa musique grâce au développement touristique et aux karczma (taverne où l’on peut écouter de la musique montagnarde). Enfin, depuis les années 1960 et l’apparition de la polonia (polonité : ensemble des personnes d’origine polonaise dans le monde), de nombreux groupes étrangers de folklore polonais sont apparus afin de perpétuer les traditions.
La cuisine polonaise a été soumise à travers les siècles à des influences et changements régionaux, du fait que le pays était habité par toute une mosaïque de peuples. Grâce à cela, on dénombre d’importantes influences orientales (mongoles, puis tatares et turques), russes, allemandes, françaises, italiennes et juives.
Les plats les plus populaires en Pologne (qui le sont également dans les pays voisins) sont entre autres: les pierogi, le chou farci, le bigos, les kluski, les soupes (aux choux, bortsch, żurek, bouillon etc.), les plats de choux et de pommes de terre, le pain, les gâteaux, les légumes, les fruits (pommes, poires, différentes baies et groseilles), le fromage blanc et aussi de différents types de viandes (surtout porc, volaille et bœuf), ainsi que, dans une moindre mesure, les poissons d’eaux douces et salées. La babka est un gâteau typique tout comme l’est le pain d’épices, le sernik ou le makowiec. Les beignets ou les faworki sont des desserts de la fin de carnaval. Parmi les boissons alcoolisées, l’hydromel, très populaire à une certaine époque, a été remplacé par la vodka préparée à base de céréales et pommes de terre. La bière à base de houblon est une boisson traditionnelle courante, alors que le vin l’est moins. Le thé noir est également populaire. Jusqu’à une époque récente, il était bu dans des verres, souvent avec une tranche de citron et du sucre. Le thé est arrivé en Pologne depuis l’Angleterre, pas longtemps après son apparition en Europe Occidentale (grâce aux marchands néerlandais). Cependant, sa propagation est attribuée aux occupants russes au xixe siècle. Le café est également populaire et est bu couramment depuis le xviiie siècle.
Le sport en Pologne est développé mais peine à être performant et surtout régulier comme en Russie et en Occident. Le football n’a jamais eu de titre en Ligue des Champions, en Coupe des Vainqueurs de Coupe ou en Coupe de l’UEFA, mais réalisa plusieurs performances qui firent frémir les favoris dans les années 70 et 80. Le volley-ball possède un excellent palmarès puisque la sélection nationale a glané plusieurs podiums et des titres, surtout chez les hommes. L’athlétisme est une valeur sure et les Polonais glanèrent régulièrement des titres et médailles (une soixantaine en tout dont 24 en or). Robert Korzeniowski est le plus titré. Le handball masculin semble commencer à s’affirmer depuis la fin des années 2000 avant deux troisièmes places. Le hockey sur glace est un sport populaire mais dont les résultats déclinent depuis plus de 20 ans.
Toutefois il est intéressant de voir des sports inexistants en terme de performance jusqu’à présent et qui connaissent aujourd’hui un gain de résultats intéressants. Le sport automobile où Robert Kubica a participé à une poignée de saisons de Formule 1 avec un Grand prix gagné au Canada et 12 podiums. Le tennis voit apparaître les sœurs Radwanska qui brillent actuellement en WTA Agnieszka qui finit 4° en 2012 et Urszula qui finit 31° en 2012. Janowicz et Kubot font des résultats relativement honorables actuellement chez les hommes.
A travers les siècles la Pologne a fécondé une pléiade d’hommes et de femmes célèbres. Dans le domaine de la science après Nicolas Copernik et Johannes Heveliusz la plus connue en France est Marie Curie. Maria Salomea Skłodowska épouse Curie est née le 7 novembre 1867 à Varsovie et morte le 4 juillet 1934 au sanatorium de Sancellemoz à Passy en Haute-Savoie en France. Physicienne et chimiste francaise d’origine polonaise ses travaux ont fortement marqués notre ère. Pierre Curie, son époux, et Marie Curie reçoivent une moitié du prix Nobel de physique en 1903 (l’autre moitié est remise à Henri Becquerel) pour leurs recherches sur les radiations. En 1911, elle obtient le prix Nobel de chimie pour ses travaux sur le polonium et le radium. Elle est la seule femme à avoir reçu deux prix Nobel et la seule parmi tous les lauréats à avoir été récompensée dans deux domaines scientifiques distincts. Elle est également la première femme lauréate en 1903, avec son mari, de la médaille Davy pour ses travaux sur le radium. Et bien entendu dans le domaine musical nous avons Frédéric François Chopin, un compositeur et pianiste virtuose, né le 1er mars 1810 à Żelazowa Wola et mort à Paris le 17 octobre 1849. Après sa formation au Conservatoire de Varsovie et un début de carrière en Pologne et à Vienne, il choisit d’émigrer en France où il trouve son inspiration dans l’effervescence du monde pianistique parisien et dans le souvenir de sa patrie meurtrie. Il y rencontre George Sand, qui sera sa compagne pendant neuf ans. Reconnu comme l’un des plus grands compositeurs de musique de la période romantique, Frédéric Chopin est aussi l’un des plus célèbres pianistes du xixe siècle. Sa musique est encore aujourd’hui l’une des plus jouées et demeure un passage indispensable à la compréhension du répertoire pianistique universel. Avec Franz Liszt, il est le père de la technique moderne de son instrument et son influence est à l’origine de toute une lignée de compositeurs tels Gabriel Fauré, Maurice Ravel, Claude Debussy, Sergueï Rachmaninov ou Alexandre Scriabine.