C’est ce qui s’appelle tirer son épingle du jeu. Alors que ses voisins se débattent toujours avec la crise, la Pologne est le seul pays de l’Union européenne (UE) – membre depuis 2004 – à ne pas connaître de récession depuis fin 2008, enregistrant une croissance cumulée de 15,8 % entre 2008 et 2011, de loin la plus forte d’Europe. Déjà, en 2009, en pleine crise mondiale, elle était le seul Etat membre à connaître une croissance positive, coiffant même au poteau l’ensemble des pays de l’Organisation de coopération et de développement économiques (OCDE), à 1,7 %.

A cette époque, les ménages et les entreprises des pays de l’Est, particulièrement la Hongrie et la République tchèque, étaient fortement endettés en devises étrangères, ce qui n’était pas le cas de la Pologne. „Résultat, la monnaie des premiers s’est effondrée, décuplant le montant de l’endettement et des mensualités de remboursement, quand celle de la Pologne s’est simplement affaiblie. Le pays a alors pu profiter du gain de compétitivité lié à toute dépréciation de monnaie, sans subir pour autant une explosion de l’endettement privé”, explique Marion Cochard, économiste à l’Observatoire français des conjonctures économiques (OFCE).